jeudi 31 mai 2007
Immigration et identité nationale
La Cité nationale de l'histoire de l'immigration (CNHI) a été voulue comme un nouveau lieu de l'histoire de France, au lendemain des élections présidentielles de 2002, à l'occasion desquelles les Français ont joué à se faire peur en faisant semblant de combattre le fantôme d'un ennemi mort et disparu depuis plus d'un demi-siècle: le fascisme.


Le but officiel de cette officine de propagande est selon les chercheurs de "changer le regard de nos contemporains sur leur société en rappelant comment, depuis deux siècles, les étrangers, venus par vagues successives, ont contribué à développer, transformer et à enrichir la France." Une analyse un peu plus objective devrait permettre de comprendre que ce sont au contraire les immigrés qui se sont enrichis en venant en France, ce qui n'est pas un crime, mais ce qui les place dans une position de débiteurs à l'égard de leur pays d'adoption.

Cinq ans plus tard, l'historien Patrick Weil et sept autres universitaires annoncent leur démission des instances de la CNHI pour protester contre l'instauration d'un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale par Nicolas Sarkozy.

Cette démission assez théâtrale est accompagnée d'arguments inégaux: le premier est qu'il n'est pas dans le rôle d'un Etat démocratique de définir l'identité d'un peuple. Possible. Mais il n'est pas non plus dans le rôle d'un Etat démocratique de définir la culture d'un peuple, et pourtant ces historiens-idéologues ne se sont jamais élevés contre l'existence d'un ministère de la culture. Le second argument est que jamais la République n'avait associé "immigration" et "identité nationale" dans un seul et même ministère. Mais est-ce une raison suffisante? Peut-on sérieusement nier le lien entre une immigration de peuplement massive et la question de l'identité?

En Algérie, on s'oppose à la proposition d'aide au retour faite par Brice Hortefeux. "Gardez vos 6 000 euros, M. Hortefeux", titre le journal "Liberté", repris par "Courrier international". Ca rappelle les mesures prises par Giscard dans les années 70. Bonjour la rupture!"

Enfin, dix associations ont adressé une lettre ouverte à Brice Hortefeux pour le mettre en garde. Parmi elles, AMNESTY International, CIMADE, La Ligue des Droits de l'Homme, le Syndicat des avocats de France, le Syndicat de la Magistrature et le MRAP.

Le gouvernement, et les Français qui ont voté à droite sont donc prévenus...
 
La gauche joggophobe
La gauche française, dépourvue de projet et de vision, est en train de se découvrir furieusement allergique au jogging. Sans préjuger de rien, il est possible que dans l'esprit embué d'un intellectuel de gauche, la pratique du jogging soit liée plus ou moins consciemment au culte du corps, à la performance, à la concurrence, à la gestion de soi, de son capital énergétique...autant de notions douteuses. La joggophobie serait-elle en train de devenir une forme inédite de résistance au capitalisme?


Pour illustrer cette tendance, il suffit de lire le blog très anti-jogging du journaliste de gauche Daniel Schneidermann, dont voici un extrait:

Pourquoi s'attarder, ici, sur ces innocentes scènes de jogging, dont on dénonce justement le pouvoir hypnotique ? Parce qu'elles sont bien moins innocentes, justement, qu'elles ne le prétendent. Leur pouvoir de séduction leur permet de statufier, de ringardiser, d'expulser hors champ tout ce qui n'est pas elles. En comparaison de la séquence jogging, tout le reste semble statique, poussiéreux, grisâtre, et comme désincarné.


Dans la même veine, Guy Birenbaum gratifie les lecteurs de son blog d'une analyse très citoyenne et vigilante:

En essayant de forcer les médias à s'intéresser à cette course en avant, comme d'ailleurs au côté festif de son début de mandat (du Paloma aux week-end successifs à Brégançon - et nous ne sommes pas passés très loin d'une virée à Cannes...), l'équipe de Nicolas Sarkozy tente habilement d'occulter les sujets qui pourraient fâcher : franchise(s) médicales, service minimum, carte scolaire, etc...
Il s'agit tout bêtement d'un axe fort de la manipulation communication présidentielle dans sa première séquence : détourner notre attention, nous obliger à regarder ailleurs. Juste à côté.
D'où la nécessité d'être vigilants et de refuser de nous arrêter sur des images qui ne nous sont jetées en pâture que pour nous contraindre à ne pas voir le reste. Tout le reste.


On a bien compris. Le jogging? NO PASSARA!
 
mercredi 30 mai 2007
Le Vatican favorable à l'entrée de la Turquie dans l'UE
L'Eglise catholique est favorable à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne (UE). Ce pays "a parcouru un long chemin" et "respecte les règles fondamentales de la vie commune", a déclaré Mgr Tarcisio Bertone, n°2 du Vatican, dans une interview à "La Stampa".

Interrogé en marge d'une conférence sur le thème "Christianisme et Sécularisme", le secrétaire d'Etat du Saint-Siège a notamment déclaré que "la Turquie est un pays qui est définitivement laïque".

C'est logique! Si l'Etat turc est laïque, les turcs sont donc laïques. Et si les Turcs sont laïques, ils sont forcément Européens....tout va bien alors! Merci Mgr Bertone!
 
Surveillance des communications électroniques et téléphoniques.
Depuis le début du mois de mai, l'Uclat (Unité de coordination de la lutte antiterroriste) dispose d'un nouvel outil de surveillance des communications électroniques et téléphoniques.
Implantée à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) cette plate-forme technique d'interception des données de connexion, dont Le Figaro révèle l'existence dans son édition du 28 mai, n'est pas une structure d'écoute sauvage.

En pratique, ce dispositif s'apparente plutôt à une unité de collecte et de traitement de l'information. A terme, c'est-à-dire dès qu'elle disposera des autorisations légales nécessaires, cette plate-forme a vocation à veiller sur les communications téléphoniques et électroniques (connexion à un site Internet, envoi de courriels, etc.).

Son utilisation découle directement de l'article 6 de la loi du 23 janvier 2006 sur la lutte contre le terrorisme. L'objectif poursuivi est de fournir des informations aux différents services de renseignement (DST, DCRG, RG-PP, etc.) chargés de la sécurité nationale.

Source: 01.net
 
mardi 29 mai 2007
Cannes et la question humaine

A propos du dernier chef d'oeuvre présenté à Cannes: la Question humaine:

Scénario

Simon est un psychologue en ressources humaines qui fait la fierté de son entreprise, multinationale pétrochimique, depuis qu'il a réussi à virer proprement des centaines de salariés inutiles. La nouvelle mission qu'on lui confie sera moins simple : enquêter sur le cas troublant et troublé de Mathias Jüst, vieux boss chez lequel ses pairs soupçonnent un début de dangereuse dépression. Simon va mettre longtemps à comprendre où et comment se cache, dans cette affaire, la manipulation.

Commentaires du journaliste de Libération

"Adapté du livre éponyme de François Emmanuel, la Question humaine propose une thèse violente : le libéralisme contemporain est l'enfant, génétique et généalogique, du nazisme. (...) Au sortir de la Question humaine , c'est le mot (et le sentiment) étrange de «massivité» qui nous pesait sur le ventre et nous tournait dans la tête."

 
Décadence de l'université de la Sorbonne

L'Associated Press fait une analyse de la situation universitaire française et donne la parole à Jean-Robert Pitte, le président de l'université de la Sorbonne, qui ne mâche pas ses mots.

Jean-Robert Pitte pense que le système Français ne produit que des échecs. 45% des étudiants à la Sorbonne ne finissent pas leur première année, et 55% n’obtiennent pas de diplômes.
Sans des critères d’admission, c’est une ‘sélection par échec’ qui divise les ressources et force les professeurs à perdre leur temps avec des élèves qui ‘n’ont que peut de chance de succès.’

Selon lui, il faudrait des critères d'admission plus sélectifs ainsi qu'une augmentation des frais d'inscription.

L'article précise que les universités gratuites et démocratiques de France produisent beaucoup moins de diplômés que les universités payantes des Etats-Unis. En 2005, 14% des adultes avaient une éducation universitaire en France, comparé à 29% aux USA selon l’OCDE.
Les étudiants de leur côté se plaignent du mauvais état des classes et du surnombre, mais ils s’opposent à tout changement et réclament des subventions.
 
lundi 28 mai 2007
Les Neo-Cons enterrent l'Europe par une conférence
Le thème : « The Collapse Of Europe, The Rise Of Islam and the Consequences for the United States »

La conférence aura lieu le 10 juin, en Californie.

Parmi les intervenants : Mark Steyn, Ayaan Hirsi Ali et Daniel Pipes.

Le lien :
americanfreedomalliance.org


A noter que pour ces gens, les néo-conservateurs, « la chute de l'Europe » ne tient qu'à son islamisation, c'est à dire le problème de la religion des populations immigrées, sans remettre en question une seule seconde le phénomène de l'immigration elle-même.
De fait, la perspective d'une mise en minorité des populations blanches, que ce soit en Europe ou en Amérique, ne les intéresse pas.

 
Les pilleurs de patrimoine sont des élus du peuple

Un rapport à paraître en juin révèle que 17 000 pièces du mobilier national se sont évaporées. Avant de quitter Matignon, Dominique de Villepin avait recommandé à ses ministres de dresser un inventaire pour le remettre à leur successeur.

Aujourd'hui, 180 000 oeuvres (tableaux, tapisseries, commodes, tapis, miroirs) sont prêtées par la Direction des musées de France, le Mobilier national et le Fonds national d'art contemporain (Fnac). Ces pièces se déplacent dans les ministères, les ambassades, les préfectures, à l'Assemblée et au Sénat au gré des changements de gouvernement. Mais avant son départ de Matignon, Dominique de Villepin a pris soin de rappeler à chacun de ses ministres qu'ils devaient dresser un inventaire sortant du mobilier et le remettre à leur successeur. Une injonction nécessaire au regard des vols, des pertes et des destructions du patrimoine français. Dans un rapport qui sera publié en juin, la commission de récolement, chargée de lister le nombre de pièces en circulation dans les administrations françaises, estime que 15 % d'entre elles se sont évaporées. Soit quelque 17 000 oeuvres. Déplacées, oubliées dans des caves mais aussi volées... La commission révèle qu'au « top 50 des kleptomanes », le ministère de la Culture coiffe au poteau tous ses camarades. Résultat, rue de Valois, depuis cet hiver, seuls les bureaux du ministre et celui de son directeur de cabinet sont désormais meublés par le Mobilier national.

Source: Le parisien

 
Transparence du financement associatif
Depuis la loi du du 23 mai 2006 relative au volontariat associatif, tout organisme qui verse des subventions aux associations doit mettre à la disposition du public sur internet la liste des associations bénéficiaires et le montant de la somme attribuée.

Cette obligation concerne les ministères, établissements publics ou collectivités territoriales qui attribuent des subventions, prêts ou garanties aux associations et fondations reconnues d’utilité publique ( à l’exception des aides attribuées en application d’une loi ou d’un règlement). Seules les communes de moins de 3500 habitants ne seront pas concernées par cette publication par voie électronique.

Pour l'instant, il faut reconnaître que les publications sont bien rares. Saluons donc la ville de Cholet qui publie sur son site un fichier pdf relatif aux subventions versées au cours de l'exercice 2006.
Source: dirigeantbenevole.blog
 
dimanche 27 mai 2007
Un démarrage tout en mollesse
Deux points importants qui figurent au programme de réforme du gouvernement sont actuellement en cours de négociation, mais à force de discuter avec les "partenaires sociaux", on ne prend plus de véritable décision. Exemple:

La carte scolaire

Xavier Darcos s'est montré prudent lors de ses consultations avec les syndicats enseignants. Il a d'abord parlé d'un assouplissement pour «10 à 20 %» des élèves à la rentrée. Puis il n'a pas confirmé ces chiffres. Septembre 2007 devrait toutefois être un premier test avant la suppression prorgammée en 2008. (Libération)

Le service minimum

Il existe une loi-cadre renvoyant aux donneurs d'ordre et aux collectivités territoriales le soin d'organiser avec les entreprises de transport ce service minimum dont les syndicats ne veulent pas entendre parler.
Un scénario qui, toutefois, doit encore être soumis au secrétaire général de la CGT et au Medef. Le ministre du travail, M. Bertrand, va rencontrer dès la semaine prochaine syndicats et patronat notamment sur ce dossier. (Le Monde)

ça c'est de la rupture!
 
Journée du projet alter-national-socialiste


Aujourd'hui, dimanche 27 mai 2007, C. martinez et A. Soral participent à la 1ère Journée du projet alter-national sur le thème: L’ALLIANCE DE CIVILISATION EUROPE – AMERIQUE LATINE.
Ce congrès se tient sous la présidence du Général José Nicolas ALBORNOZ, Membre de l’Etat-major du Président de la République bolivarienne du Venezuela Hugo Chavez.

Dans ce genre de rassemblement, l'important n'est pas tant le thème des différentes interventions que l'identité des intervenants, et à ce titre, les informations données sont plus qu'éloquentes:
REFLECHIR AVEC QUI ?
11 h 20 Réfléchir avec le Venezuela :- Le socialisme du XXIème siècle, Général José ALBORNOZ, Membre de l’Etat-major du Président Hugo Chavez, Président de la République du Venezuela.

Déjeuner libre

15 h 30 Réfléchir avec la Chine :- Le modèle chinois, Xiaolin MA, Doctorante (Chine)15 h 50 Réfléchir avec le Brésil :- Le projet politique du Président Lulla, Iure PONTES VIEIRA, Doctorant (Brésil)16 h 10 Réfléchir avec une alliance de civilisations Europe – Amérique latine : Me Norma CABALLERO, Avocate (Barreau de Bogota), Liliana GONZALEZ URDANETA, Doctorante (Caracas)16 h 40 Réfléchir avec la France :- Quel projet politique en France ?, Alain SORAL, sociologue17 h 10 Conclusion, Pr Jean-Claude MARTINEZ

Le parrainage de M. Hugo Chavez est en soi tout un programme quand on sait qu'il vient de fermer la chaîne privée vénézuélienne RCTV en raison de positions hostiles à l'encontre de son gouvernement pour mettre à la place une chaîne financée par l'Etat. Sans oublier que le même Chavez s'est illustré récemment pour avoir exigé que le pape demande pardon aux indiens.
Quant au président Lulla, lui, il se contente en bon socialiste de violer le droit de propriété, qui est pourtant un droit de l'homme élémentaire, en ne respectant pas le brevet d'un médicament antisida. La réflexion sera probablement très enrichissante.

PS: on peut toutefois noter qu'il y aura un "déjeuner libre" quelque part entre 11h20 et 15h30. Erreur d'inattention ou moment de faiblesse? Cet instant de liberté représente à n'en pas douter le moment le plus subversif de cette journée de réflexion au programme indigeste.
 
Noah n'est pas à l'aise d'un côté
Le chanteur français Yannick Noah affirme recevoir des lettres à caractère raciste de gens qui l'invitent à rentrer dans son pays. Il avait déclaré il y a un an et demi qu'il quitterait l'Hexagone en cas d'élection de Nicolas Sarkozy.


«Actuellement, je reçois deux ou trois lettres par jour dans lesquelles des gens font la démarche de prendre une feuille, un stylo et de m'écrire: «M. Noah, quand allez-vous rentrer chez vous?»
«Mon côté africain n'est pas très à l'aise avec cela», dit-il.

 
samedi 26 mai 2007
Piqûre de rappel

Les homosexuels ont 60 fois plus de risques que la population dans son ensemble d'être atteints du virus du sida ; 800 fois plus de risques que les donneurs de sang pour la première fois ; 8 000 fois plus de risques que les donneurs de sang régulier.
C'est ce que proclame la Food and Drug Administration (FDA), l'autorité régulatrice américaine des produits pharmaceutiques.
S'appuyant sur ces résultats et sur les recommendations similaires dans d'autres pays, notamment l'Union Européenne par une directive, elle justifie le maintien de l'interdiction du don du sang par les homosexuels aux Etats Unis, effective depuis 1977.


Récemment en France, Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé (il est aujourd'hui ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité du gouvernement Fillon) annonçait la suppression prochaine de cette interdiction à l'encontre des homosexuels, puisqu'elle stigmatisait selon lui « de facto une population et non des pratiques », contre l'avis d'experts français sur cette question.
 
Sécurité mondiale: les initiatives d'Interpol
Les ministres de la Justice et de l’Intérieur des pays du G8 se sont aujourd’hui prononcés en faveur d’un ensemble d’outils de police essentiels proposés par le Secrétaire Général d’Interpol, M. Ronald K. Noble, afin de renforcer la sécurité dans le monde.

Le Secrétaire Général Noble a dénoncé le problème international que posent les évasions de terroristes et autres dangereux malfaiteurs lesquelles, si elle ne sont pas signalées rapidement et comme il se doit aux polices du monde entier, peuvent représenter un risque pour les citoyens de tous les pays.

Rien qu’au cours des deux dernières années, Interpol a appris l’évasion de plus de 500 individus d’au moins 72 prisons de 43 pays différents.
"En l’absence de système permettant d’alerter automatiquement la communauté policière internationale, ces dangereux criminels se voient offrir la possibilité inacceptable d’échapper à l’arrestation et de commettre d’autres méfaits’", a déclaré le Secrétaire Général Noble.
En outre, l’absence de protocole international de partage des informations cruciales que sont notamment les empreintes digitales et les photographies des prisonniers évadés, dont les terroristes, fait peser une grave menace sur la sûreté et la sécurité des citoyens du monde entier’, a-t-il ajouté.

Source: Interpol
 
La photo officielle de Nicolas Sarkozy, président de la province française des Etats-Unis d'Europe
Autant le préciser tout de suite, je ne compte pas m'attarder sur les qualités esthétiques d'une photo officielle qui m'apparaît comme classique et tout à fait correcte de ce point de vue.

Comme mon titre ironique le laisse aisément entendre, c'est le symbole que constituent les drapeaux français et européen placés côte à côte qui m'interpelle. Je ne vais pas revenir sur le fait que le vrai drapeau de la France est le drapeau blanc, le comte de Chambord ayant déjà achoppé à notre malheureux drapeau révolutionnaire il y a longtemps, à l'orée de la IIIe République.

Par contre, la présence du drapeau européen, qui fait jeu égal avec le drapeau français, est une toute autre affaire surtout quand il s'agit d'une première sur la photo officielle d'un président de la république et que ce dernier a déclaré haut et fort vouloir faire valider par voie parlementaire un mini-traité européen en lieu et place de la défunte constitution européenne de Giscard. Un traité européen qui empêchera clairement Nicolas Sarkozy de tenir sa promesse consistant à s'opposer à l'entrée de la Turquie dans l'Europe, alors qu'il temporise déjà à ce sujet, lui qui disait qu'il n'était pas correct de retarder un avis nécessairement défavorable. Il n'est même pas question de l'immigration, question sur laquelle Bruxelles pratique régulièrement l'ingérence.

A tous ceux qui en doutaient encore et qui ont voté pour Nicolas Sarkozy : c'est au parti de l'étranger que vous avez accordé votre voix. La remarque suivante de Jean-Marie Le Pen m'a semblé amusante à cet égard : "cette Europe, elle ressemble foutrement à celle que rêvait Hitler, une Europe sous influence allemande" (source).

 
vendredi 25 mai 2007
Benoît XVI invite à l'évangélisation en Italie
C'est alors que Sa Sainteté Benoît XVI recevait jeudi au Vatican les évêques italiens qu'il en a profité pour rappeler quelques fondamentaux aux catholiques italiens, soit la mission d'évangélisation qui incombe aux fidèles de l'Eglise et à ses représentants, mission qui est

d'annoncer Jésus Christ aussi bien aux peuples qui s'ouvrent pour la première fois à la foi, qu'à ceux de leurs enfants qui viennent aujourd'hui vivre et travailler en Italie, et qu'à notre propre peuple [...] soumis aux pressions des tendances sécularisées qui veulent dominer la société et la culture de notre pays et de toute l'Europe.

De plus, Benoît XVI a déclaré que Jésus est "l'unique réponse à tous les défis de notre temps", et que le "respect" dû aux "autres religions et cultures" "ne peut affaiblir la vocation missionnaire de l'Eglise". Un message bienvenu pour les Italiens mais aussi pour nous !

Source

 
Brice Hortefeux : un discours déjà ambigu sur l'immigration
Si lors de son élection Nicolas Sarkozy a pu bénéficier d’un report de voix très intéressant de la part d’électeurs nationaux et réactionnaires, il le doit sans doute au pari qu’il a gagné en promettant un ministère de l’immigration et de l’identité nationale contre les huées des bien-pensants de gauche, ministère aujourd’hui dirigé par l’ami de toujours, Brice Hortefeux. Seulement, comme le disait déjà Jean-Marie Le Pen pendant la campagne, ce joli slogan paraît bien vain dès lors qu’on ne sait ce qu’il recouvre, et force est de constater qu’on n’en sait guère plus aujourd’hui mis à part quelques paroles regrettables.


Alors qu’on dénonçait à l’envie dans le camp du politiquement correct l’association de l’immigration et de l’identité nationale, soit une assise idéologique qu’on aurait décelé dans le camp de l’UMP, Brice Hortefeux a déclaré le contraire en ces termes : « ma démarche est dénuée de tout dogmatisme, de tout a priori, ce sera fait avec beaucoup de pragmatisme ». Or on sait fort bien que le pragmatisme est ennemi de toute précision théorique - précision appelée par l'intitulée même du ministère - et que la définition de l’identité nationale doit être tout sauf pragmatique… à moins de considérer la France en l’état, soit ce pays « riche de sa diversité » comme le dirait Nicolas Sarkozy lui-même. Le pragmatisme implique donc la simple prise en compte du réel, un statu quo, alors que c’est l’inverse qui devrait prévaloir, l’action du politique sur le réel.


Autre prise de position inquiétante, M. Hortefeux annonce déjà vouloir rencontrer les responsables des professions en manque de main d’œuvre, notamment dans le bâtiment, les services à la personne, l’hôtellerie et la restauration. Doit-on s’attendre, déjà, à la mise en place de cette immigration choisie selon des critères économiques, tant vantée par le président de la république ? A mon sens, le problème doit être réglé ailleurs par des réformes qui concernent l’Education nationale d’une part, en restreignant l’accès à l’université et en encourageant l’apprentissage comme certaines filières professionnelles, d’autre part par une politique incitative encourageant les chômeurs français à occuper les emplois disponibles. On n’aura rien réglé en ajoutant une immigration du travail à l’immigration de peuplement que nous subissons déjà.


On remercie toutefois M. Hortefeux pour ne pas vouloir procéder à de nouvelles régularisations massives ou pour réfléchir aux conditions du regroupement familial. Seulement, cela tient plus du minimum vital que de la rupture tant prônée pendant la campagne. M. Hortefeux déclare enfin que sa « politique sera dictée à la fois par la fermeté et l'humanisme », comme s’il était question de jugement moral, à propos de l’expulsion des sans-papiers notamment qui sont après tout, il est toujours utile de le rappeler, des clandestins et plus précisément des délinquants aux yeux de la loi. Tout ce qu’il s’agit de faire, c’est son devoir, pour le bien commun et pour la France, et il y a malheureusement fort à parier que nous assistions plutôt à un exercice d’équilibriste.

 
Exception française
Les révélations du sondage Novatris/Harris Interactive, diffusé vendredi par France 24 et l'International Herald Tribune, sur l'immigration sont surprenantes.

Selon ce sondage, une majorité de Britanniques, Italiens et Allemands jugent qu'il y a trop d'immigrés en situation régulière dans leur pays. Alors que 67% des Britanniques, 55% des Italiens, et 55% des Allemands le pensent, ils sont 45% en Espagne et 32% en France. 35% des Américains estiment que les immigrés sont trop nombreux dans leur pays.

De plus, une large majorité de personnes interrogées dans ces cinq pays se prononce en faveur de quotas à l'immigration (de 80% pour les Britanniques à 62% pour les Français). Et pour une large majorité d'entre eux (80% des Italiens, 79% des Britanniques 70% des Allemands, 62% des Français, et 60% des Espagnols), les aides sociales ne devraient être attribuées aux immigrés en situation régulière qu'après l'acquisition de la nationalité du pays.

Favorables à l'expulsion

Par ailleurs, l'intégration des immigrés est majoritairement perçue comme un échec par 50% des Britanniques, 56% des Français, 52% des Italiens, et 58% des Allemands. En Espagne, ils sont 62% à considérer que l'intégration n'est ni un succès, ni un échec. Enfin, en Italie, Grande-Bretagne et Allemagne, une majorité se positionne en faveur de l'expulsion des clandestins et ce, quelle que soit la situation familiale. Ils sont 43% en Espagne et 34% en France. L'enquête a été conduite sur un échantillon de 6 585 personnes aux Etats-Unis, en France, en Grande-Bretagne, en Italie, en Espagne et en Grande-Bretagne.

LCI.fr
 
Mustapha El Atrassi, humoriste halal de Laurent Ruquier
La promotion des minorités visibles est devenue fort à la mode dans le paysage télévisuel français - entre autres ! - depuis les fameuses révoltes francophobes de fin 2005. Chacun a pu apprécier l'éviction de Thomas Hugues au profit de Harry Roselmack sur TF1 ou encore cette chère Audrey Pulvar, "journaliste" qui, il n'y a pas si longtemps, soutenait lors d'une émission politique à Philippe de Villiers que l'AME (aide médicale d'état) ne bénéficiait pas aux clandestins. Passons.

Dans un autre registre, Laurent Ruquier avait cru bon d'imposer à ses téléspectateurs un tout jeune homme d'origine marocaine qualifié d'humoriste, Mustapha, dans son émission On n'est pas couché le samedi soir sur France 2. Je parle des téléspectateurs mais je devrais encore plus plaindre les invités de cette émission. En effet, le Mustapha en question avait pour rôle de faire un tour de table en s'adressant aux invités d'un ton persifleur, voire carrément insultant par exemple à l'encontre du comte de Paris récemment, tout en enchaînant des vannes plus pourries les unes que les autres, s'ensuivant de sourires de circonstance qui ne trompaient personne, sans compter la promotion systématique de "la France d'après", pour le plus grand bonheur du bien de gauche Laurent Ruquier. Un exemple parmi d'autres : « Moi je crois pas en ce que nous disent les livres d'histoire, à mon avis c'est pas Charles Martel qui a du faire fuir les arabes, c'est la ville de Poitiers, oui » !

Mais voilà, l'idylle a tourné court. Non seulement ce petit gringalet était peu talentueux, mais il a de plus dévoilé un visage de violence, prenant au piège un Ruquier qui croyait faire la promotion dans l'humour de "la France d'après". Ce n'était pourtant pas son coup d'essai. Ainsi, Mustapha était sorti avec l'animatrice Anne-Elisabeth Lemoine, relation qui s'était achevée au bout de plusieurs mois, rupture confirmée après coup par un coup de poing dans la figure de l'ex-petite amie lors d'une violente dispute. Ce n'est que quelques semaines après que Mustapha, pendant le tournage d'On n'est pas couché, s'en prit violemment en coulisses à une assistante l'ayant plaisanté après qu'il eût égaré puis retrouvé quelques effets personnels, excès motivant sa mise à l'écart... qui n'est peut-être pas définitive malheureusement, puisque des rumeurs font état de sa présence dans l'émission de demain soir. C'est sans doute le lot des émissions hallal de prendre aussi peu en considération le sort des femmes.

 
jeudi 24 mai 2007
Une majorité présidentielle qui s'annonce ROSE

Un journaliste de gauche, Georges-Marc Benamou, a été nommé conseiller de Nicolas Sarkozy pour la culture et l’audiovisuel. Fondateur du magazine branché Globe en 1985 , journal bobo pro-mitterrandien, tendance antiracisme branché, on garde de lui cette exquise déclaration : “Tout ce qui est biniou, bourrée, béret basque, terroir, en un mot franchouillard, m’est franchement insupportable”. - PM

Source : Bafweb
 
mercredi 23 mai 2007
François Fillon explique ses intentions
Dans un entretien accordé à Europe 1, François Fillon a passé en revue les dossiers les plus importants. Voici ses principales déclarations:


Contrat de travail: "On donne aux organisations syndicales jusqu'à la fin de l'année pour travailler sur la question du contrat de travail unique. C'est un sujet sur lequel il y a une concertation nécessaire avec les organisations syndicales, c'est un sujet lourd de conséquences, technique et difficile".

Croissance: "Nous allons proposer un ensemble de mesures fiscales et financières destinées à provoquer un vrai choc pour créer de la croissance. Notre objectif est d'être à 3%".

Service minimum: "Nous ne passerons pas en force pendant la session extraordinaire sur la question du service minimum. Nous donnons ce temps aux organisations syndicales, jusqu'à la fin de l'été pour faire des propositions. Si à la fin de l'été, elles ne sont pas faites, nous proposerons un texte au début du mois de septembre".

Universités : La loi augmentant l'autonomie des universités sera votée "au mois de juillet". Cette réforme sera "peut-être la plus importante" de la législature.

GDF-Suez: "L'idée de la fusion GDF-Suez est une idée qui est valable et que je ne rejette pas". Mais "il y a d'autres options" et il n'y a "pas urgence à décider". "Une chose est certaine: nous ne laisserons pas GDF dans la situation d'aujourd'hui".

Extrait de l'Express.
 
L'avenir du FN : Excellente analyse d'un sociologue dans Le Monde
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-913562@45-2,0.html

Rick : On peut parler d'une défaite électorale du Front national (FN) mais l'avenir de l'extrême droite est plutôt assuré, qu'en pensez-vous ?

Erwan Lecoeur : Il y a toujours eu une différence entre la force des idées de l'extrême droite et ses scores électoraux. La réussite du Front national est justement d'avoir conquis les médias, puis constitué un parti capable de dépasser les 10 %. Ces idées ont pu ainsi influencer l'ensemble de la société depuis plus de vingt ans. Elles ne disparaîtront en effet pas avec cet échec électoral.


goredsox : Est-ce qu'un FN post-Jean-Marie Le Pen pourrait, par la modernisation poussée par sa fille, devenir, à terme, un partenaire potentiel pour la droite "dure" ou même élargie ?

Erwan Lecoeur : A ce jour, Marine Le Pen n'a pas les moyens de prendre la suite, en interne, au FN. L'exception de la réussite de Jean-Marie Le Pen ne sera pas facile à reproduire par ses suivants : Gollnisch, Marine, voire Mégret ou de Villiers. Marine est presque trop moderne pour séduire les plus radicaux ; Gollnisch n'est pas assez médiatique pour maintenir le FN à un niveau élevé sur le plan médiatique, qui est l'aune du politique désormais.

Ce ne seront pas les dirigeants du FN qui décideront, mais plutôt ce que la droite de l'UMP sera prête à engager comme négociations, pour intégrer ou pour dissoudre ce qui restera du FN. Cette question est celle qui déterminera à la fois l'avenir du FN, mais aussi la question de la succession : Mégret a toujours été le plus chaud partisan des accords avec la droite, tandis que Gollnisch s'y est toujours refusé. L'hypothèse Marine semble aujourd'hui plutôt une continuité avec le refus de toute alliance de son père.

liliwhite : Qui fera les frais au sein du FN de l'échec à la présidentielle et éventuellement aux législatives ?

Erwan Lecoeur : En interne, c'est Marine Le Pen qui est mise en cause, parce qu'elle a incarné la soi-disant "dédiabolisation" de son père. Mais c'est maintenant Bruno Gollnisch qui est chargé de la campagne des législatives. En cas d'échec, les deux camps seraient à peu près à égalité dans la disgrâce.
freimensch : Pensez-vous que Marine Le Pen réussira à conserver le parti après le départ de son père ?

Erwan Lecoeur : Pour le moment, Marine Le Pen ne pourrait pas espérer tenir le parti, et surtout les cadres, qui sont plutôt proches de Gollnisch. Elle est appréciée par nombre de militants et d'électeurs, mais elle a encore besoin de son père comme président omnipotent. C'est d'ailleurs lui qui l'avait nommée d'autorité au bureau politique et à la vice-présidence, et non les militants.

Afif : Le FN subit-il une crise de mutation ou bien est-il durement frappé ?

Erwan Lecoeur : Le problème du FN aujourd'hui est que plusieurs événements adviennent en même temps. L'échec présidentiel accélère la question de la succession de Jean-Marie Le Pen. En se maintenant à la tête de son parti, Jean-Marie Le Pen ne fait que repousser cette question de la succession, qui aura évidemment des répercussions sur l'avenir du parti.

Si Gollnisch en prenait la tête, on peut tabler sur un rétrécissement de la base électorale et un retour aux fondamentaux de l'extrême droite de tendance catholique traditionaliste tel qu'a tenté de l'incarner Philippe de Villiers. Si c'était Marine, il y aurait une continuité du lepénisme, qui est la tendance principale du FN depuis trente ans.

Pour un parti dont le leader affirme n'avoir jamais changé d'idées, toute mutation trop visible peut avoir des conséquences néfastes. C'est d'ailleurs le gros problème de Marine Le Pen. Elle est à la fois dévouée à son père, admirative du lepénisme familial, mais aussi une jeune femme de son temps, divorcée, fêtarde, joyeuse... un profil qui déplaît à tout un pan de l'électorat et des adhérents de ce camp des réprouvés.

Au fond, pour s'imposer, elle devra faire comme son père : prendre le parti de l'extérieur, grâce aux médias et à sa popularité auprès des électeurs. Jean-Marie Le Pen lui-même n'a pas fondé le FN, mais a été promu président et porte-parole en raison de ses qualités médiatiques. Ce n'est qu'en 1973 qu'il a pris le parti après que ses rivaux d'Ordre nouveau l'eurent quitté.

Harry : Le FN mourra-t-il avec son chef ? dans le champ politique quel espace lui reste-t-il ? Dans l'électorat ?

Erwan Lecoeur : Ce sont deux questions différentes, mais liées. Pour le FN lui-même, la figure de Jean-Marie Le Pen est essentielle, voire fondatrice. On pourrait imaginer que le chef attache son destin à celui du parti : sans Le Pen, pas de FN qui vaille. L'hypothèse est d'autant plus probable que Marine Le Pen ne serait pas en mesure de prendre la suite et d'assurer la survivance de l'image du père. (L'analyse pseudo-freudienne n'est pas hors de propos à la lecture de son livre autobiographique.)
Il est d'ailleurs intéressant de noter que Jean-Marie Le Pen a remis en selle Bruno Mégret, le félon, comme s'il préparait la confrontation entre les prétendants pour les mois à venir. La bataille entre courants pourrait marquer le début de la fin de l'ère lepéniste et pousser le chef et sa fille à siffler la fin de la récréation, éteindre la lumière et fermer la porte. On verrait alors plusieurs mouvements se constituer pour prendre la suite. Cette concurrence ramènerait l'extrême droite à son niveau historique habituel : autour de 5 % des voix. C'est l'hypothèse que je développe ans l'introduction du dictionnaire de l'extrême droite, récemment paru.


Sur le plan électoral, seul Bruno Mégret pensait en 1998 que la "droite nationale" pouvait peser 30 % des électeurs; c'était d'ailleurs ce qui l'a poussé à créer le MNR. La stratégie récente de Nicolas Sarkozy montre aussi qu'une droite "décomplexée" peut en effet peser lourd dans le corps électoral, en occupant ce terrain, préparé par les idéologues de la Nouvelle droite ans les années 1970.

Au fond, il pourrait arriver au FN ce qui est arrivé au Parti communiste dans les années 1980. Après avoir séduit près de 20 % de l'électorat, l'extrême droite se verrait privée de ce soutien par une droite reprenant la plupart de ses thématiques et en utilisant son langage.

David T. (Yvelines) : L'électorat habituel du FN semble avoir été séduit par le radicalisme affiché par Sarkozy durant la campagne. Au vu des efforts récents de Sarkozy pour se positionner au centre, l'électorat continuera-t-il de suivre aux législatives, ou reviendra-t-il dans le giron du FN ?

Erwan Lecoeur : Traditionnellement, le FN fait de meilleurs scores à la présidentielle qu'aux législatives. La personnalisation de ce parti autour de Jean-Marie Le Pen en est la principale explication. Un retour de quelques centaines de milliers d'électeurs frontistes est assez peu probable. Mais surtout, les législatives n'ont qu'une règle : le scrutin majoritaire empêche quasiment le FN d'avoir des élus.

C'est sa particularité, incapable de nouer des alliances, il ne peut espérer des législatives qu'une manne financière à peu près stabilisée. La dotation publique aux partis politiques est calculée sur le nombre de voix obtenues, et pas seulement sur le nombre d'élus.

Savonarole : Marine Le Pen n'a-t-elle pas en partie raison lorsqu'elle explique que son parti est sorti victorieux de la présidentielle sur le plan idéologique ?

Erwan Lecoeur : En partie sans doute. C'est l'autosatisfaction du pauvre. En réalité, les idées de la Nouvelle Droite, qui ont nourri le Front national (différentialisme, racisme culturel, ultra-libéralisme mâtiné de populisme, etc.), ont alimenté une partie de la droite française depuis le milieu des années 1970. Cette idéologie "néo-droitière", aussi appelée "droite décomplexée", que le FN a portée pendant vingt ans, est en effet la grande gagnante de la dernière élection.

Pour autant, Marine Le Pen fait un raccourci étonnant et révélateur en s'attribuant la victoire d'idées que le FN n'avait lui-même qu'empruntées aux idéologues de cette Nouvelle Droite.

Jean-Philippe : Le FN va-t-il tenter des alliances avec l'UMP dans les élections futures (municipales, européennes, etc.) ? L'UMP pourrait-elle accepter ?

Erwan Lecoeur : Le FN de Jean-Marie Le Pen ne fera pas d'alliance. Et l'UMP de Nicolas Sarkozy prendrait un grand risque à tendre la main, vis-à-vis d'une autre partie de son électorat. Au sein du FN aussi, le sujet est sensible. Ce fut déjà la raison de la scission de 1998 entre Bruno Mégret et Jean-Marie Le Pen.

Des alliances ne pourraient être discutées qu'après le retrait de Jean-Marie Le Pen de la vie politique. Il a déjà annoncé qu'il ne l'envisageait pas avant les européennes de 2009.

carl-o_de_Tours : Se dirige-t-on vers une alliance nationale des extrêmes droites pour l'objectif 2012 ?

Erwan Lecoeur : Il y a déjà eu une Union patriotique pour 2007, qui a vu le retour de Bruno Mégret. Par ailleurs, tout dépend de ce qu'on inclut dans "les extrêmes droites". Philippe de Villiers, qui avait décliné l'offre de Le Pen en 2007, semble mal parti pour incarner l'avenir de l'extrême droite ; il a dû se résoudre à présenter des candidats "majorité présidentielle" aux législatives.

Pour 2012, rien ne se jouera avant la décision de Jean-Marie Le Pen : se retirer après les Européennes et imposer sa fille ensuite, ou laisser d'autres prendre la place et leur savonner la planche en détruisant le parti. Dans tous les cas, il faudra bien du courage à ceux qui voudraient succéder à Le Pen sans son assentiment. Le vieux fauve a conservé des réflexes de plus ancien homme politique de France et a déjà montré qu'il n'aimait pas la concurrence dans son pré carré.

Barbesanges : Comment Nicolas Sarkozy va-t-il gérer le fait qu'un million d'électeurs FN ait voté pour lui ?

Erwan Lecoeur : Le fait d'avoir voté pour Nicolas Sarkozy ne donne aucun droit particulier à ces électeurs. Leur provenance permet de comprendre comment le nouveau président a rassemblé autant de suffrages, elle n'implique pas forcément une définition de la politique qu'il mènera.


Comme le disait son mentor en politique (Charles Pasqua), les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Toutefois, l'utilisation de termes issus du vocabulaire lepéniste (bandes ethniques, racisme anti-Français, quitter la France...) a mis Nicolas Sarkozy dans la situation d'héritier d'une partie de la vulgate frontiste des trente dernières années. La création d'un ministère de l'"identité nationale" montre qu'il ne s'agit pas d'abandonner cette posture une fois au pouvoir. On peut donc s'attendre à ce qu'une partie des idées du Front national soit agitée, voire appliquée, par le nouveau président. En cela, il remboursera les électeurs ex-frontistes de leur confiance.

boubaker : Pensez-vous que les électeurs FN de Sarkozy sont déçus de l'ouverture à gauche et au centre ?

Erwan Lecoeur : Les électeurs du FN ne raisonnent pas tout à fait en termes d'affichage politique droite ou gauche. Une bonne partie vient d'ailleurs de ce "marais" du ni droite-ni gauche. Ce qui leur importe, c'est la posture du nouveau président sur des questions d'identité, d'immigration, de sécurité et d'ordre.

C'est d'ailleurs sur ces motivations que Nicolas Sarkozy a rassemblé près des trois quarts des électeurs de plus de 65 ans. Enfin, les législatives ne sont pas très favorables au Front national, pour plusieurs raisons. Il est rare que les candidats soient très connus, la campagne est trop courte pour qu'ils le deviennent. Enfin, beaucoup d'électeurs voudront donner au nouveau pouvoir les moyens de ses annonces politiques. L'électorat tenté par le FN pourrait faire plutôt le pari d'une vague "bleu foncé".

Oliv : Quel avenir pour Bruno Mégret ?

Erwan Lecoeur : Après l'avoir intégré pour la présidentielle, Jean-Marie Le Pen présente des candidats contre lui dans plusieurs circonscriptions. La lune de miel semble terminée. Bruno Mégret a encore pris le risque d'attaquer la famille Le Pen : en 1998, il mettait Jany Le Pen en cause ; cette fois, il accuse Marine de tous les maux. Il devrait pourtant avoir appris qu'au FN, nul n'a le droit de critiquer les Le Pen. Bruno Mégret peut attendre la mort du chef, il n'aura sans doute rien d'autre à espérer de Le Pen d'ici là. Son passé parle pour lui : il fut le traître et le restera. Son seul avenir serait de trouver de nouveaux moyens pour son mouvement à la dérive ; c'est plutôt du côté de l'UMP qu'il faudra se tourner pour cela.

Rouletabille : Est-ce que l'hypothèse d'une nouvelle candidature de Le Pen aux élections de 2012 est définitivement abandonnée ?

Erwan Lecoeur : Seul Jean-Marie Le Pen a la réponse. Et je pense même qu'il n'a pas fait encore son choix définitif. S'il arrive à imposer Marine autour de 2010, il cédera la place. Si la chose lui paraît difficile, il préférera laisser planer le doute pour éviter toute concurrence déclarée d'ici là.

C'est aussi cela le lepénisme : entretenir la "surprise du chef", pour tenir en haleine ses ouailles, mais aussi les médias. L'âge du capitaine jouera aussi. Il est peu probable que Le Pen jette l'éponge avant d'avoir livré une dernière bataille, les européennes de 2009 pourraient voir le chef mener une dernière fois ses troupes en campagne. Il restera alors deux ans pour décider de se retirer, ou pour empêcher tout autre que sa fille d'être candidat en 2012.

Dans tous les cas, Jean-Marie Le Pen ne fera rien qui puisse l'empêcher de partir en beauté ; ce parvenu en politique, fils de marin devenu millionnaire, n'a jamais vraiment voulu du pouvoir politique (ministre ou maire). La réussite du lepénisme, c'est celle du verbe, de la gouaille. L'important pour ce dinosaure de la politique, c'est de préparer son passage à la postérité, en tant que monstre et dernier avatar de l'extrême droite du passé pour certains, en tant que dernier représentant de la politique d'une certaine époque (le XXe siècle) pour d'autres, avec ses coups de colère, ses outrances et son côté théâtral. Ce sera la tâche de sa fille et de tous ceux qui resteront "lepénistes" avant tout.
 
mardi 22 mai 2007
Portrait d'un candidat MPF aux législatives
Le MPF va présenter 500 candidats aux élections législatives : 250 hommes et 250 femmes qui vont représenter la vraie majorité de droite, c’est-à-dire la droite patriotique de gouvernement; parmi eux, un homme pas comme les autres: Jérôme Feuerstein.


Jérôme Feuerstein, oui. Retenons bien ce nom, celui d'un homme engagé depuis sa plus tendre enfance. Né à Colmar le 7 juillet 1981, il quittera l’Alsace pendant 7 ans pour suivre sa scolarité à l’Institution Sainte Marie et au Lycée Beau Jardin où il sera interne…

C’est à cette époque qu’il commencera à croire à un changement possible : il sera Membre du journal de l’école, Délégué de classe, Délégué au conseil d’établissement, représentant des internes, membre de l’Aumônerie, membre de la «commission Jardin», Membre de la «commission cantine», Membre d’une commission de sécurité de l’établissement... son directeur dira, en parlant de lui, qu’il est "présent partout et à l’écoute de tous."

Cet amour du rassemblement et cette passion pour la société ne le quittera plus...

En 2005 il à le sentiment que la France va mal… il prends part aux débats sur la construction européenne et s’implique dans le «NON au Traité Constitutionnel Européen» c’est à ce moment là que son chemin croise celui de Philippe de Villiers et du Mouvement Pour la France (MPF)

Après le premier tour des élections présidentielles il s’engagera à fond dans un nouveau combat : les élections législatives dans la 9ème circonscription du Bas-Rhin en cherchant une fois encore non pas à écouter mais à comprendre les Français, car, dit il, «les hommes et les femmes politiques ne nous entendent plus, mais ne nous écoutent plus or c’est en écoutant que l’on comprend.»

Candidature officielle

Chers amis, chers Compatriotes,C'est avec joie et émotion que je vous informe que la course aux législatives à commencée !Ma candidature pour la 9eme circonscription du Bas-Rhin (Haguenau) à été remise à la préfecture le 16 mai 2007 à 17h00.

Le combat pour protéger nos valeurs ne fait que débuter ! nous avons, j'ai, plus que jamais besoin de vous ! Faites savoir à vos amis, à votre famille, qu'un candidat du Mouvement Pour la France est présent dans la 9eme circonscription du Bas-Rhin (Haguenau). Participez à la défense de nos valeurs en militant, tractant, collant ou simplement en en parlant autour de vous.Oui, faites savoir autour de vous que ce candidat c'est moi même Jérôme FEUERSTEIN!
 
La petite sirène affublée du tchador au Danemark
C'est dimanche vers 5 heures 30 qu'un promeneur a découvert ce symbole du Danemark, situé à Copenhague et inspiré du fameux conte d'Andersen, recouvert de tissus rouge et noir ainsi que voilé, un accoutrement d'inspiration explicitement musulmane. Si personne n'a revendiqué cet acte, cela survient en même temps que la résurgence du débat sur le voile au Danemark et dans les pays scandinaves en général.

Il est donc impossible de dire pour le moment si cela est le fait d'immigrés danois ou plutôt de bons Danois voulant alerter ainsi symboliquement l'opinion sur la situation de leurs (jeunes) femmes au Danemark, sur ce qui peut les attendre à cause de l'islamisation et sur ce qu'elle vivent déjà. Ainsi, ce site fait mention des problèmes rencontrés par les Danoises qui sont au contact des immigrés de confession et de tradition musulmane, faisant état de statistiques plus qu'inquiétantes :

En septembre 2001, les statistiques de la police danoise, rendues publiques, révélaient que 68 % des viols commis au Danemark étaient le fait de membres de minorités ethniques. En 2001 toujours, la police de Copenhague signalait que 47 % des prisonniers en détention préventive pour des crimes violents tels que le meurtre, la tentative de meurtre ou le viol, étaient d’origine immigrée.

Cet acte symbolique a donc, encore une fois, valeur d'avertissement pour des Européens largement inconscients de la gangrène qui ronge la société et qui a nom islamisation et tribalisation.

Libellés :

 
lundi 21 mai 2007
Affiche en rupture de stock...


Les 10 priorités des députés MPF : (sur la page d'accueil du site pourlafrance.fr)

...

9) Maîtriser l’immigration en rétablissant les contrôles aux frontières et en engageant une grande politique de Co-développement avec les pays pauvres.
 
samedi 19 mai 2007
Y a bon le Zimbabwe aux Zimbabwéens...
  • 2002 : Robert Mugabe gagne les élections présidentielles lors d’un scrutin dont l’honnêteté est contestée.
  • 2003 : grave crise agraire et politique suite à l’expropriation par Mugabe des fermiers blancs. L’État installe sur les terres réquisitionnées des proches du régime, officiellement anciens combattants de la guerre d’indépendance. Ceux-ci n’ont cependant pas les connaissances, ni le matériel nécessaire pour cultiver leurs lopins et beaucoup de terres restent en friches. Crise politique quand les mouvements d’opposition comme la MDC sont réprimés et les élections truquées. Suite à une campagne intensive des mouvements des droits de l’Homme, des Britanniques et de l’opposition, le Commonwealth impose des mesures de rétorsion contre les principaux dirigeants du Zimbabwe. Au sein du Commonwealth, Mugabe reçoit cependant le soutien de plusieurs pays africains et dénonce des mesures prises à l’instigation des pays « blancs » (Canada, Grande-Bretagne, Australie). L’opposition locale du MDC est réprimée.
  • 2004 : conséquence de la réforme agraire, l’ancien grenier à blé de l’Afrique ne peut plus subvenir à ses besoins et 70 % de la population se retrouve sans emploi. Le Zimbabwe se retire du Commonwealth.
  • 2005 : le parti de Robert Mugabe, la ZANU, remporte les élections législatives sur fond de violence et de fraudes électorales face à un MDC divisé et affaibli. Entre 120 000 et 1,5 millions d’habitants des bidonvilles d’Harare, bastions de l’opposition, sont expulsés à la fin du printemps lors de la destruction de leurs habitations sur ordre du gouvernement. Adoption d’une réforme constitutionnelle restreignant les droits de propriété et permettant au gouvernement de priver n’importe qui de passeport pour raisons « d’intérêt national. » Afin de gagner l’appui de la population Mugabe persécute la minorité ndébélés, nombre d’entre eux fuient en Afrique du Sud. Les propriétaires terriens se voient interdire de faire appel de leur expropriation. Création d’un Sénat de 66 membres, en fait une simple chambre d’enregistrement au service du Président Mugabe. L’inflation dépasse les 1 000 % en 2006. L’exode de la population vers les pays voisins s’accélère.
Pourquoi s'arrêter en si bon chemin : l'inflation a atteint 3 714 % en rythme annuel au mois d'avril 2007. (lien)

Moralité : Heureusement, Bernard Kouchner va revenir avec ses sacs de riz ! Toujours la bonne solution, Nanard...
 
jeudi 17 mai 2007
Un musulman éclairé, c'est si rare


Interview du 29 décembre 2006 sur la chaîne de télé bahreïni Abu Dhabi TV d'un intellectuel et chef religieux musulman, Dhiyaa Al-Musawi.
Ses propos traduits en anglais sont retranscrits sur ce site :
http://www.memritv.org/Transcript.asp?P1=1363

Morceaux choisis :
« Nous sommes, je suis triste de le dire, contre la créativité et la civilisation et contre tout langage visant à unifier la société »

« Nous souffrons d'arrièrisme »

« Dans ma maison, j'ai mis un portrait de Jésus au mur, parce qu'à chaque fois que je regarde cette image, une immense quantité de paix et d'amour s'ouvre à moi »

« Le problème de la jeunesse arabe est qu'elle ne lit pas »
 
Dans la tête d'un gauchiste
Il a fallu creuser, mais on a fini par trouver ça:

 
Chichin se réveille

"Je suis resté deux mois avec une quarantaine de rappeurs. C’est édifiant sur le niveau et la mentalité… Le rap a fait énormément de mal à la scène musicale française. C’est une véritable catastrophe, un gouffre culturel. La pauvreté de l’idéologie que ça véhicule : la violence, le racisme anti-Blancs, anti-occidental, anti-femmes… C’est affreux."

"J’ai appris cette culture de se construire dans la haine de ce que l’on est. Tout ce qui n’était pas blanc était formidable, tout ce qui était blanc était mal."

Extrait de télérama du 7 avril 2007
 
mardi 15 mai 2007
Un groupe terroriste menace la France après l’élection de Sarkozy

« Maintenant que vous avez choisi Sarkozy, le croisé et le sioniste assoiffé du sang des enfants, des femmes et des vieillards musulmans (...), nous vous avertissons que les prochains jours verront une campagne djihadiste sanglante dans la capitale de Sarkozy ».

Telle est en substance la menace adressée à la France par les Brigades Abou Hafs al-Masri, un groupe terroriste proche d’al-Qaïda.
Le texte, signé par la « phalange Europe » du groupe, a été mis en ligne sur internet. Pour l’heure, l’authenticité de ce communiqué ne peut être établie avec certitude. La France a plusieurs fois été évoquée comme cible potentielle des groupes terroristes proches d’al-Qaïda, notamment par le GSPC algérien, devenu depuis al-Qaïda au Maghreb, ainsi que par Ayman al-Zawahiri, le numéro deux de la nébuleuse terroriste.

Les multiples revendications du groupe laissent cependant planer le doute sur la réalité de cette menace. Le groupe a, dans le passé, revendiqué les attentats de Londres (7 juillet 2005), de Madrid (11 mars 2004). Il a aussi affirmé être à l’origine de pannes de courant aux Etats-Unis, qui s’étaient avérées être de simples incidents techniques. Les Brigades ont également revendiqué la responsabilité d’attaques en Indonésie, en Irak et en Turquie, et menacé de mener des attaques au Japon, en Italie, en Australie, en Afghanistan et au Yémen, qui n’ont finalement jamais eu lieu.

Source: Le Figaro
 
Sémantique
La formation des mots, à peu près logique en français jusqu'au XXe siècle, est aujourd'hui devenue aberrante.

L'élément homo-, largement international, vient du grec homos, qui ne signifie que «semblable, pareil, identique» : ce qui est homo-gène contient des éléments «du même genre» ; homo-logue, c'est «le même rapport (logos), la même proportion». Quand l'allemand et l'anglais, langues où la psychologie des comportements humains est étudiée à la fin du XIXe siècle (sans trop de tabous), créent le mot homosexuel, le terme est clair : il constate que la pulsion sexuelle peut être dirigée vers des personnes du même sexe, à la différence de la situation majoritaire, désignée par le mot hétérosexuel, qui apparaît après homosexuel, on peut le noter.

Puis, plus récemment, on a coupé, tranché, tronçonné les syllabes au mépris du sens des éléments hérités, qu'ils soient grecs ou latins. C'est le pragmatisme, l'utilitarisme qui se moquent royalement de la logique, en matière de mots. Alors, allons-y Alonzo, on dira homophobe, qui devrait signifier «la peur ou la haine du semblable».

Les mots homophobe et homophobie, qui donnent à la loi antidiscrimination une partie de son importance sont une absurdité sémantique.

D'après Alain Rey
 
lundi 14 mai 2007
Partouze laïque
Ce matin, dans le quotidien gratuit Metro, deux sujets étaient traités sur la même page.
D'abord, on apprend en gros titre que près d'un million de Turcs ont défilé dans la rue en faveur de la laïcité, c'est "un raz de marée" laïc nous dit le journaliste.
Un peu plus bas, on peut lire qu'à Rome, les catholiques protestent contre le Pacs italien, et que les laïcs n'ont été que quelques milliers à défiler.

Difficile de ne pas voir dans cette douteuse proximité un message subliminal: les Turcs sont plus laïcs que les Italiens et ont donc toute leur place dans l'Union européenne. Les Italiens sont des arriérés....

Ce refrain vient souvent des faiseurs d'opinion, même si les plus grands saboteurs de l'identité européenne sont Jacques Chirac et Jacques Delors.
Une solution reste possible: que les européens fassent leur Union européenne entre eux, tandis que nous ferons une Union Franco-turque dans un élan orgasmique partouzard et laïc.
 
dimanche 13 mai 2007
Réchauffement climatique et marée humaine

Au moins un milliard de personnes vont migrer d'ici à 2050, en conséquence du réchauffement climatique qui va exacerber les conflits et les catastrophes naturelles, et en créer de nouveaux, prévient lundi dans un rapport une organisation humanitaire britannique.

Dans ce rapport intitulé Marée humaine: la véritable crise migratoire, Christian Aid émet un "avertissement sans ambages sur le rythme d'accélération des déplacements de population au 21e siècle".

Le nombre de personnes qui ont quitté leur foyer à cause des conflits, des catastrophes naturelles et des grands projets de développement (mines, barrages, ndlr) est déjà étonnamment élevé (163 millions selon les estimations de l'ONG), selon l'organisation.

"A l'avenir, les changements climatiques vont le faire grimper encore plus", écrit l'ONG, qui demande une "action urgente" de la communauté internationale afin de prendre de "fortes mesures de prévention".

Source: 7/7
 
Les musulmans d'Europe se rassemblent au Heysel
Plusieurs centaines de musulmans se sont réunis le samedi 12 mai au Heysel à Bruxelles, pour la première journée des rencontres culturelles, sous le thème de la "Spiritualité musulmane et valeurs universelles: pour une convergence constructive". C'est Le plus grand rassemblement de musulmans jamais organisé en Belgique. Plusieurs associations musulmanes de Belgique mais aussi de France, Allemagne, Italie et Pays-Bas sont à la base de cette initiative.

Le public, principalement musulman, a pu assister à des débats et conférences sur la construction de l'Islam en Europe, l'identité des musulmans d'Europe, la représentation de l'Islam dans le monde et la contribution de l'Islam au "mieux vivre ensemble". La soirée s'est poursuivie avec des concerts de plusieurs artistes arabo-musulmans provenant de toute l'Europe.

Plus de 20 millions de musulmans vivent en Europe. Si l'Islam est récent en Europe occidentale, arrivé avec les vagues d'immigration de l'après-guerre, les Balkans et l'Europe orientale accueillent des minorités musulmanes depuis des centaines d'années, avec les résultats que l'on sait....
En Europe occidentale,la population musulmane s'est développée avec les différentes vagues d'immigration. L'Europe compte aussi de nombreux "convertis".
L'avenir s'annonce assez sombre. En matière de "mieux vivre ensemble" les musulmans n'ont jamais été très convaincants.

Source: www.rtl.be
 
samedi 12 mai 2007
C'est officiel : Véronique Besse, député sortante MPF rejoint la Majorité Présidentielle


On ne peut s'empêcher de penser que le terme de "majorité présidentielle" rappelle la dénomination initiale de l'UMP : Union pour une Majorité Présidentielle...
La grande inconnue : quels sont les projets de Philippe de Villiers après son appel à voter Sarkozy, prononcé semble t-il à contrecoeur, entre les élus sortants vendéens pressés de rejoindre Nicolas Sarkozy et les autres cadres du parti qui ont plutôt pris une douche froide ? Il semble surtout ne plus maîtriser la situation, tiraillé entre deux tendances, cherchant d'un côté à préserver des intérêts politiciens en Vendée et sa crédibilité auprès de tous ceux à qui il promettait la rupture.
La Vendée que l'on présentait comme le miracle qui allait asseoir sa crédibilité de gestionnaire responsable et solidement appuyé s'avère en fait être un boulet.
Son silence depuis le second tour est lourd de sens.
 
vendredi 11 mai 2007
De la violence gratuite sur fond de racisme anti-blanc
Bilan des festivités à Bourges




Viol et Racisme Anti Blanc
Uploaded by election2007
 
jeudi 10 mai 2007
Les travailleurs d'Europe

Début mars 2006, le gouvernement français a décidé d’une "suppression progressive et contrôlée des restrictions" à la libre circulation des travailleurs en provenance de l’UE . L’ouverture partielle du marché du travail français a donc débuté dans des secteurs avec une faible offre de main-d’oeuvre (ex : systèmes de soin, hôtels et restaurants, transports et construction). En décembre 2006, la France a décidé d’inclure les travailleurs bulgares et roumains dans ce système sous les mêmes conditions.

Cette décision mécontente les pays africains et les lobbies immigrationnistes en général car les emplois à venir, inhérents notamment à la croissance du secteur de la construction, trouveront plus facilement leurs nouveaux salariés dans la zone euro que dans les régions d’Afrique de l’Ouest ou du Maghreb.

En effet, la libre circulation des travailleurs de l’Union européenne met à disposition des entrepreneurs une main-d’œuvre bon marché, mais surtout, et c’est là son avantage, affranchie des contraintes administratives liées à l’immigration.

Autre aspect qui contrarie les lobbies immigrationnistes: ces travailleurs bulgares, polonais ou roumains sont généralement peu disposés à s’installer de manière définitive en France.
Seuls 4% décident de devenir résidents permanents, la majorité préférant conserver leur statut «d’intermittents» du fait de la proximité de leur pays d’origine. La névrose assimilationniste républicaine en prend un coup. Tout fout le camp!

Mais que les lobbies se rassurent: ce n'est pas l'union européenne qui a orchestré la contre-colonisation du peuple français, c'est la France elle-même avec le regroupement familial, qui semble aussi extensible que la notion de famille peut l'être dans les pays d'Afrique; et ces gens là, dans l'ensemble, viennent assez peu pour travailler.
 
Etudiants "diant diant"

Des "étudiants" ont décidé de bloquer l'université de Tolbiac à Paris dans le treizième arrondissement. Ils veulent "casser l'éléction" comme ils ont "cassé le CPE". Ils sont en grève préventive!

Ils ne sont en réalité qu'une preuve supplémentaire de la faillite de notre système éducatif qui amène jusqu'au bac, et même au-delà apparemment, des individus qui n'ont pas compris que seuls les travailleurs sont en mesure de faire la grève en interrompant un travail que ces étudiants décérébrés n'ont pas, et qu'ils ne sont pas prêt d'avoir, étant donné leur façon de "raisonner".

Ces mêmes abrutis n'ont pas l'air non plus d'avoir entendu parler de la constitution et de la notion d'élection au suffrage universel.

Une session de rattrapage d'éducation civique s'impose dans un premier temps. Peut-être même qu'une petite sélection à l'entrée de l'université sur ce genre de critère serait la bienvenue.


 
mercredi 9 mai 2007
Troisième nuit de vandalisme à Lyon

LYON (Reuters) - Lyon et sa banlieue ont connu une troisième nuit d'actes de violence liés à l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République.
Le maire socialiste de Lyon Gérard Collomb a lancé un appel "au calme, à l'apaisement et au respect de l'issue de l'élection présidentielle".
A Villeurbanne, la permanence de l'UMP a été incendiée par deux cocktails molotov jetés dans le local qui avait eu ses vitre cassées vers 21 heures. On ne déplore que des dégâts matériels.

"Je peux comprendre la déception, voire la tristesse de tous ceux qui n'avaient pas voté pour Monsieur Sarkozy, mais une majorité s'est dégagée dans les conditions normales d'une élection", a déclaré le maire Gérard Collomb dans un communiqué.
 
Indignations
Le site "indignations" recense toutes les exactions à l'encontre des lieux de culte catholiques en France; et elles sont nombreuses: églises ravagées par les flammes, pillées, hosties profanées ,chapelle vandalisée, cimetières profanés , œuvres d’art détruites, croix tordues, statues abattues....


Mais où est le clergé? Où sont les fidèles? Qui manifeste?


http://www.indignations.org/
 
mardi 8 mai 2007
En finir avec la repentance ? Le discours... et les actes
Lors de son discours après l'annonce de sa victoire dimanche dernier, Nicolas Sarkozy annonce qu'il veut « en finir avec la repentance qui est une forme de haine de soi, et la concurrence des mémoires qui nourrit la haine des autres ».

On apprend aujourd'hui que sa première apparition en public aura lieu jeudi, aux côtés de Jacques Chirac, pour la cérémonie de commémoration de l'abolition de l'esclavage et de la traite négrière, à Paris...

Pourquoi alors avoir refusé de participer à la cérémonie de victoire de 1945 ? On a entendu dire que Sarkozy voulait préserver son image en évitant d'être en présence de Chirac. Ses vacances de milliardaire sont au contraire du plus mauvais effet. Sa première action en tant que (futur) président enterre définitivement cette hypothèse.

Quelques pistes concernant les premières déceptions d'une longue série à venir :
- comment "remettre la France au travail" sans toucher aux 35 heures.
- comment régler le problème des banlieues lorsque les forces de l'ordre ont pour consigne de toujours rester sur la défensive.
- comment mettre un frein à l'immigration en jouant sur les mots : "immigration choisie", "régularisations au cas par cas" (comme la gauche de Ségolène Royal)
 
Oumma.com entre en résistance...
....CONTRE LE NATIONAL-SARKOZYSME

Lien: http://www.oumma.com/spip.php?article2426
 
Sarkobush: la preuve

Charnier sarkoziste - votez Royal
envoyé par Labaf


Une enquête très sérieuse d'Arthur Wneir et Erik Svane qui démontre, s'il en était besoin, la collusion irréfutable entre M.Sarkozy et M.Bush qui sont tous deux à la solde des multinationales juives. Contre les métèques.
Pour plus de renseignements, téléphonez au bureau national du PS ou à Alain Soral.
 
Chères vacances

Une nuit passée dans une des suites du Fouquet's avec toute sa famille............ 2 000 €
Un vol en jet privé prêté par Vincent Bolloré.............................................. 25 000 €
Une "retraite" en famille à bord du yacht de Vincent Bolloré................. 110 000 €


Avoir des amis sur qui on peut compter... ça n'a pas de prix.

Pour le reste, il y a Mastercard.
 
Expatriés versus immigrés: le vote
Le vote des Français expatriés s'oppose de manière presque caricaturale à celui des neo-Français issus de l'immigration. Il ne s'agit évidemment pas de la même France ni des mêmes intérêts.
L'éloignement favorise chez les premiers un regain assez net de patriotisme, ils votent pour ce qu'ils croient être le programme le plus favorable à leur pays natal.

Voici les résultats des 15 bureaux de vote à Londres :

Nicolas Sarkozy : 55,62%
Ségolène Royal : 44, 38


Les immigrés ou fils d'immigrés votent également pour leur pays d'origine, c'est à dire pour le programme qui affaiblira le plus possible l'identité française et permettra de réguler le moins possible les flux migratoires afin que leurs proches puissent s'installer en France.

Voici les résultats de la commune de Trappes (78):

Nicolas Sarkozy: 29,67%
Ségolène Royal: 70,33%
 
La banlieue n'a pas d'humour

Les banlieues de la région parisienne accusaient le coup lundi après l'élection de Nicolas Sarkozy.

"C'est le choc. Un choc attendu, mais les gens ne voulaient pas y croire. Il n'y a jamais eu autant de mobilisation pour participer au vote dans les banlieues. Les gens sont déçus", selon Mohammed Chirani, du collectif "Votez banlieues!". Cette organisation avait été créée après les émeutes qui avaient secoué les banlieues à l'automne 2005 pour inciter les jeunes à exprimer leur mécontentement dans les urnes.
Il ne s'agissait pas tant de voter "pour la candidate socialiste Ségolène Royal, mais contre Sarkozy", a souligné M. Chirani, issu d'une famille immigrée de la Grande Borne, une gigantesque cité au sud de Paris.


Les banlieues ont voté en masse pour la socialiste Ségolène Royal.

A Trappes, ville du sud-ouest de Paris où se côtoient 70 nationalités et qui a voté à 70% pour la socialiste, les habitants affichaient la même déception. "Pour une fois qu'on s'impliquait dans la vie politique, on a encore l'impression de compter pour rien", a dit Mohammed, un étudiant.

Lundi matin, la direction de la police nationale a officiellement recensé 367 voitures incendiées, dont plus de 170 en région parisienne, et 270 interpellations. Un chiffre relativisé par la police, dans un pays qui enregistre de 70 à 100 véhicules brûlés par jour en moyenne.

Un autre collectif "AC le Feu", avait appelé dimanche les banlieues à ne pas "répondre par la violence" à la victoire de Nicolas Sarkozy.
Mais, a souligné Mohammed Chirani, "il va falloir s'attaquer vite" aux problèmes qui minent la banlieue, notamment au chômage, qui frappe parfois 40% des jeunes dans certaines cités.
"M. Sarkozy a fait campagne en dénigrant ouvertement les populations immigrées, et finalement il a dit qu'il voulait lancer un plan Marshall pour les banlieues. J'espère qu'il est sincère, parce que s'il en reste au tout sécuritaire, alors ça ne va pas aller, ça va être pire qu'en 2005", dit-il.
Les voitures brûlées, les poubelles incendiées, "ça va sûrement continuer si les flics changent pas de ton avec nous", expliquait Rodrigue Cancan, un Guadeloupéen de 22 ans à Trappes.

D'autres associations impliquées dans la défense des droits des immigrés faisaient part lundi de leur préoccupation.
Le Réseau Education sans Frontières, qui se bat pour la régularisation des parents sans-papiers d'enfants scolarisés en France, indiquait craindre des "expulsions massives". Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) se disait "extrêmement inquiet", alors que d'autres, comme France Terre d'Asile, regrettaient que "sur le dossier de l'immigration, la gauche classique (ait) été absente".

PARIS (AFP

 
lundi 7 mai 2007
Les voeux de Tony Blair aux Français



Où l'on constate que Nicolas Sarkozy, considéré comme le représentant d'une droite "décomplexée" en France est sur la même ligne que le parti travailliste anglais.
Mais en France, être de la droite décomplexée signifie simplement qu'on n'est pas marxiste.
 
Vidéo de l'European family pride
 
dimanche 6 mai 2007
C'est reparti pour 5 ans

Ben Sarkoran succède au Calife Al Chiraq ! Vivement la France d'après...
 
Surtout pas de provocation!
À Sartrouville, l'église n'aura pas de cloches!

En terre d'Islam, les populations chrétiennes et juives sont en dhimmitude. Nous avons le droit de vivre et d'avoir notre religion, tant que nous ne gênons pas l'Islam.

Et c'est ce qui se passe lorsque les cloches de l'église sonnent ! Ceci est une provocation à l'Islam.

Pour éviter de « provoquer la population alentour à majorité musulmane », la nouvelle église de Sartrouville sera privée de cloches.

Une situation qui n’a pas l’air de choquer le père Alexandre de Bucy, le curé de la paroisse, qui affirme : « Beaucoup ne partagent pas notre foi, même s’ils nous respectent. Par égard pour les habitants tout proches qui n’ont pas eu de cloches jusqu’à présent nous ne voulions pas mettre de cloches… ».

Libellés : , , , ,

 
samedi 5 mai 2007
Pendant ce temps, la justice fait son boulot...
 
jeudi 3 mai 2007
Si Sarközy est élu...
Le défilé du 14 juillet aura lieu le 32 mars !

 
La rance Présidente:
 
mercredi 2 mai 2007
Un grand comique est né...
Alain Soral inteviwé par l'organe... ça vaut le détour.


APERO AVEC SORAL
envoyé par lorgane


Je dis chapeau bas l'artiste! Taxer tout le monde de "bourgeois",crachouiller sur les identitaires, tout en dégustant quasiemment tout seul une bouteille de champagne rosée, il fallait le faire.

Libellés :

 
mardi 1 mai 2007
Si c'est mou, c'est Bayrou