mardi 10 avril 2007
Viol et possible meurtre d'une Française. CPF ? Non, antillais...
Depuis samedi soir, Sophie Gravaud n'a plus donné signe de vie. Agée de 23 ans, la jeune femme, salariée d'un magasin en banlieue nantaise, a été jointe pour la dernière fois au téléphone à 22h45 par son petit ami. Dimanche, la voiture de la disparue a été retrouvée en flammes sur le parking de centre commercial qui l'employait. Une enquête judiciaire a été ouverte.

"Sa voix était troublée et tétanisée." Régis, le compagnon de Sophie Gravaud résume l'angoisse qui règne autour de la disparition de la jeune femme de 23 ans, employée dans un magasin de vêtements dans un centre commercial de Saint-Herblain, dans la banlieue de Nantes. Il est le dernier à être entré en contact avec celle-ci. Au téléphone, samedi soir, aux alentours de 22h45, elle lui répond qu'elle le rejoindra "dans une vingtaine de minutes". Depuis, plus rien. A partir de 21 heures, heure à laquelle Sophie a quitté son lieu de travail, plus personne ne l'a vu. Tous les coups de fil donnés tout au long de la nuit par son compagnon, 22 au total, ont retenti dans le vide.

Le lendemain matin, un nouvel élément entre en jeu. Sur le parking du centre commercial Atlantis, aux alentours de 6 heures, la Clio rouge de la disparue, à 300 mètres du lieu où elle l'avait garée la veille, est retrouvée en flammes par des vigiles. Ces derniers aperçoivent alors un homme qui prend la fuite mais qui ne sera pas rattrapé. Arrivés sur les lieux, les enquêteurs mènent leurs premières investigations. Un peu plus tard, ils localiseront le coup de fil passé la veille, "à Bouaye, entre Nantes et Pornic", à une vingtaine de kilomètres du lieu de travail de Sophie. Sur place, les recherches ne donneront rien.

Une information judiciaire a été ouverte

Décrite comme une jeune femme "sans soucis, pas du tout dépressive et très heureuse en couple", Sophie ne peut pas, selon sa mère, avoir volontairement disparu. Pour elle, les scénarii, terribles, envisageables relèvent "du rapt contre une rançon, d'un enlèvement par des proxénètes ou au pire des cas d'un assassinat." Une issue extrême à ce nébuleux dossier que les policiers n'ont heureusement pas établi. Mardi, une information judiciaire pour "disparition inquiétante de jeune majeure" a été ouverte. Des avis de recherche ont été placardés un peu partout. Pour l'instant sans résultat. Le seul véritable espoir réside dans la bande de vidéosurveillance qui pourrait en dire davantage sur le mystérieux fugitif du parking du centre commercial. Sans compter que vendredi soir, une jeune femme a porté plainte à la police pour tentative de viol dans les environs du lieu où Sophie a disparu...

Source : Journal du dimanche

-----

Etonnamment, aucune source écrite ne s'attarde sur ce possible rapprochement avec la plainte pour viol le même soir, presque au même endroit. Certains envisagent qu'il s'agisse de deux cas différents de la part des mêmes agresseurs : deux individus identifiés comme antillais.
La carte bancaire de la victime a été utilisée à plusieurs reprises selon Europe 1 :

http://viphttp.yacast.net/europe1/4/0/5/4643405_medium.mp3

Il est presque inutile de préciser que le centre commercial en question est tout proche d'un des quartiers les moins fréquentables de Nantes (en ZEP).