samedi 4 novembre 2006
Caricatures sur l'holocauste : Chard récompensée à son insu ?
Suite à l'annonce des résultats du concours sur l'holocauste organisé par le gouvernement iranien (en réponse aux caricatures danoises sur l'islam), il a d'abord été dit que le deuxième ex-aequo, un participant français, voulait rester anonyme, craignant des poursuites judiciaires en France.
Puis le nom et le dessin de ce participant ont été révélés : on a parlé alors de Chard, la dessinatrice de Rivarol.
Cette dernière dément pourtant sa participation à ce concours, sans pour autant nier être l'auteur du dessin promu : aurait-elle été inscrite à son insu ? Pourquoi son nom a-t-il été protégé, puis révélé ?

Concours iranien : Une mise au point de Chard

Une dépêche Associated Press consacrée au “concours iranien de caricatures de l'Holocauste, qui a suscité de vives protestations internationales”, m’a appris le 2 novembre que le premier prix de ce concours est échu au dessinateur marocain Abdollah Derkaoui et que “la dessinatrice française Chard, qui publie régulièrement dans l'hebdomadaire d'extrême-droite RIVAROL, a obtenu le deuxième prix, doté de l'équivalent de 6.300 euros, ex-aequo avec le Brésilien Carlos Latuff”.
Je ne peux que répéter ce que j’avais déjà précisé en août au Nouvel Observateur quand l’un de ses journalistes m’avait interrogée sur ma “participation” à ce concours (voir RIV. du 1er septembre 2006) : je n’ai jamais envoyé le moindre dessin à quelque Iranien que ce soit, qu’il s’agisse du personnel de l’ambassade ou des organisateurs du concours — dont je m’étonne qu’ils n’aient pas pris soin d’authentifier les dessins retenus et de s’assurer de l’accord de leur auteur —, je n’ai jamais eu le moindre contact avec un officiel iranien, avant ou après la publication du“palmarès”
Quant au dessin “primé”, que j’ai vu pour la première fois le 3 novembre sur quelques sites Internet, il était destiné à un usage strictement privé… et il date d’une bonne dizaine d’années.
J’ajoute que je n’ai aucune intention d’encaisser le montant du prix (en fait, 4000 dollars selon le site iranien publiant le “palmarès”) qui, s’il était un jour versé, irait intégralement au Comité d’Entraide aux Prisonniers Européens (CEPE) s’occupant de Michel Lajoye, à l’exception d’un don au “Refuge du Chat”.
CHARD
Vendredi 3 novembre 2006
Quoi qu'il en soit, ses dessins sont relativement intéréssants et amusants, même si son obsession de l' "antisionisme" est quelque peu dérangeante.