mercredi 25 octobre 2006
Azur et Asmar : pas d'âge pour le bourrage de crâne
Le film de propagande antiraciste est sorti au cinéma aujourd'hui ; la presse africaine s'en régale déjà, tout comme France-Info. L'histoire est simple - trop sûrement -, mais truffée de références historiques, avec une (sur)dose de bons sentiments et de message politique : deux enfants, un blond aux yeux bleus, Azur, et un brun à la peau mate, Asmar, sont élevés ensemble dans le pays de ce dernier, avant que le père d'Azur ne vienne brutalement bousculer cet équilibre harmonieux en emmenant sa famille plus au nord (quelle ordure), le tout parsemé de dialogues en arabe non sous-titré.
Les deux amis d'enfance se retrouvent beaucoup plus tard et finissent par épouser deux fées, l'une noire et l'autre blanche.
Dans un reportage ce matin sur France-Info, les élèves d'une classe de CM2 en sortie (multi-)culturelle pour aller voir ce dessin animé le jour de sa sortie réagit en sortant du cinéma : « Je ne savais pas que les blancs pouvaient se mélanger aux noirs comme ça » ou encore « J'ai aimé le film parce qu'en France il y a beaucoup de racisme ».
Conclusion du journaliste : « Le message est visiblement passé auprès des enfants », comme si à cet âge ils n'avaient eu d'autre choix que de l'avaler.
L'institutrice entend utiliser cette sortie lors de ses cours d'histoire, de géographie et d'autres matières. Un bon investissement en somme.