mardi 31 octobre 2006
50 ans après la crise de Suez
Ce 31 octobre 2006 marque les 50 ans de l'intervention militaire franco-britannique contre la nationalisation du canal de Suez. Souvenons-nous du coup de poignard de l'allié américain et de son alliance tacite avec l'URSS pour se partager et encourager le déclin de l'Europe coloniale. C'est à cette occasion que seront créés les Casques Bleus, une force dont l'inutilité n'est plus à démontrer.
Sensées séparer les bélligérants, les forces d'intervention n'ont jamais manqué de plier sous la menace du camp le plus fort et de retarder (ou renverser) l'issue d'un conflit plutôt que de le résoudre.

Paris s'inquiète de la crédibilité de la force de l'ONU ainsi que d'un déploiement pléthorique. Elle pourrait revoir à la baisse sa participation.

L'INCIDENT, sur le terrain, est mineur mais symboliquement fâcheux. Le 15 octobre, sur une petite route des environs de Marjayoun, dans la partie orientale du Liban-Sud, une équipe de démineurs du génie espagnol tombe sur trois militants du Hezbollah. Ces derniers leur ordonnent de rebrousser chemin, ce que font peu glorieusement les Casques bleus.

Au QG de la Finul, à Naqoura, l'affaire a fait pâlir et suscité une sérieuse explication de texte sur l'indispensable « liberté de circulation » à faire respecter. En Israël, elle a fait les gorges chaudes de généraux confortés dans leur peu de confiance accordée à la force de l'ONU. Et, à Paris, elle n'a fait qu'aviver les doutes qui courent sur une Finul II qui ressemble de plus en plus à la Finul I, ce qui n'est pas un compliment... « Cela fait ressurgir les cauchemars balkaniques, où les Casques bleus de la Forpronu étaient arrêtés par une poignée de miliciens hirsutes, confie un officier. Si l'on commence à envoyer ce genre de signal, c'est foutu. »


Le Figaro 24.10.06


50 ans finalement, c'est presque l'heure de la retraite... sauf que pour les Casques Bleus, c'est toujours l'heure de la retraite.