mardi 29 août 2006
Shoah Business : la SNCF et le contribuable vont encore raquer
Mouvement prévisible, après Alain Lipietz reconnu "victime" de la SNCF pour la déportation de son père, 200 autres victimes se sont maintenant engouffrées dans la brèche pour récolter leur salaire de victimes.
Ces opportunistes viennent donc des quatre coins du monde (ils se sont passé le mot) : de la France, du Canada, de Belgique, d'Israël et des Etats-Unis.

Et demain combien seront-ils si ne serait-ce que la moitié de ces 200 plaignants gagnent des "dédommagements" ?

La crainte de poursuites pour antisémitisme m'empêche d'exprimer le dégoût que m'inspire l'opportunisme de ces victimes professionnelles.
A trop tirer la corde, elle finira un jour par...

Addendum : Interrogé sur France-Info aujourd'hui, Serge Klarsferld (qu'on ne pourra évidemment pas taxer de révisionniste) dénonce explicitement l'interprétation frauduleuse de l'histoire et la volonté manifeste des plaignants et de leurs avocats (juifs également) de s'attirer des revenus sur le dos du contribuable français.

Le Figaro a également fait paraitre un article de bon sens :
La SNCF n’est pas responsable de la déportation des Juifs
 
vendredi 25 août 2006
Le Hezbollah et la France
« Quel accueil le Hezbollah réservera-t-il aux Casques bleus de la Finul renforcée dans le Sud ? » s'interroge Libération à propos du sort qui sera réservé aux casques bleus, 23 ans après les attentats de Beyrouth qui avait tué 58 parachutistes français et 241 marines américains, déjà sous mandat de l'ONU.

Voici un début de réponse avec un entretien de Trad Hamadé, ministre libanais du Travail nommé par le Hezbollah :

Quel accueil le Hezbollah réservera-t-il aux Casques bleus de la Finul renforcée dans le Sud ?

Nous avons accepté la résolution 1701. Nous souhaitons maintenant que les soldats de la Finul se déploient le plus rapidement possible. C'est important pour rétablir la paix et empêcher les Israéliens de recommencer la guerre. Je peux vous assurer que le Hezbollah ne fera pas obstacle à leur déploiement. Nous n'allons certainement pas les attaquer, qu'ils soient Français, Italiens ou autres.

Etes-vous déçu que la France n'envoie pour l'instant que 200 hommes supplémentaires ?

Je suis choqué parce que j'aurais aimé que la France joue un rôle important dans cette Finul renforcée. La France a toujours été une amie du Liban, de toutes les communautés libanaises, y compris des chiites, de tous les partis politiques libanais, y compris du Hezbollah. Je souhaite donc encourager les Français à s'engager davantage dans la Finul.

Vous dites que la France est une amie du Hezbollah. Or elle est, avec les Etats-Unis, à l'origine de la résolution 1559 qui demande le désarmement du Hezbollah.

J'ai une idée personnelle sur la résolution 1559. Je crois que la priorité des Français dans cette résolution était le retrait des troupes syriennes du Liban. Le désarmement du Hezbollah, c'était une demande américaine et israélienne. Beaucoup de gens du Hezbollah partagent cet avis. La France connaît bien le jeu interne au Liban et elle soutient le dialogue national libanais pour parvenir à une solution au sujet des armes du Hezbollah. C'est pour cela que nous ne sommes pas des ennemis, nous sommes dans le cadre de l'amitié.

En 1983, 58 militaires français avaient été tués dans un attentat à Beyrouth, qui avait été attribué au Hezbollah...

D'abord, le Hezbollah n'avait pas encore été fondé en 1983, et ensuite, nous ne sommes pas à la même époque, pas dans le même contexte. Vraiment, je dis aux Français : «Soyez les bienvenus chez nous.»

Les Casques bleus pourraient être autorisés à ouvrir le feu pour se défendre, à protéger des civils et à désarmer des miliciens qui se trouveraient sur leur passage. Etes-vous d'accord ?

Nous sommes d'accord avec les deux premiers points. Concernant les armes, je suis sûr qu'il n'y aura aucun soldat du Hezbollah sur leur chemin. Maintenant, si nous voulons à tout prix poser cette hypothèse, je pense que c'est à l'armée libanaise de prendre ces armes car elle a des relations directes avec le peuple libanais. Si la Finul voit des armes, je pense qu'elle ne devrait pas les prendre directement mais demander à l'armée libanaise de le faire.

Etes-vous hostile, comme le président syrien, Bachar al-Assad, au déploiement des Casques bleus le long de la frontière libano-syrienne ?

Je me prononce seulement au nom du gouvernement libanais et du Hezbollah. Notre gouvernement a décidé de déployer 8 600 soldats sur l'ensemble de la frontière. Par conséquent, nous n'avons pas besoin de la Finul là-bas.

Depuis l'entrée en vigueur de la trêve, Israël a mené de nouvelles opérations au Liban. Le Hezbollah a-t-il l'intention de réagir ?

Nous avons accepté la 1701, donc nous ne voulons pas créer de problèmes. Nous patientons, nous voulons laisser le temps à la communauté internationale de jouer son rôle. Cette attitude n'est pas celle d'un faible, mais de quelqu'un qui veut la paix. Maintenant, si la communauté internationale laisse les mains libres aux Israéliens, nous n'allons pas rester éternellement les bras croisés. Je le dis clairement : si Israël déclare à nouveau la guerre au Liban, ce sera une guerre régionale terrible.

Source : Libération

En bref, le Hezbollah semble accueillir avec sérénité l'arrivée d'une force internationale dirigée par la France, persuadé qu'elle n'a pas l'intention de désarmer ou de perturber la milice chiite.
Ceci confirme en tout cas que la France dispose toujours de la bienveillance des populations musulmanes. Il y a fort à parier que Chirac fera tout pour préserver ce capital sympathie qui a toujours paru au cours de son règne plus important pour lui que l'action.
 
mardi 15 août 2006
Donnez, donnez, c'est pour les tremblements de terre !
On en sait désormais un peu plus sur la coopération anglo-pakistanaise qui a permis l'arrestation des 23 suspects des attentats plannifiés dans les aéroports londoniens. Notamment en ce qui concerne la source de financement de leur macabre projet :

Ce sont des millions de livres sterling qui ont été détournées de la collecte de dons en faveur des victimes de tremblements de terre au Pakistan en octobre dernier.

Cinq millions de livres auraient été envoyées au Pakistan (plus de 10 millions d'Euros), dont moins de la moitié aurait effectivement servi pour des opérations de secours, le reste ayant servi au financement des attentats plannifiés.

Ces transferts ont commencé à éveiller des soupçons pour les renseignements britanniques à partir de décembre dernier.

Selon un responsable pakistanais, les donateurs, majoritairement des Pakistanais immigrés au Royaume-Uni, ignoraient tout de la chose.
Le nom de l'association caritative pakistanaise en cause n'a d'ailleurs pas été dévoilé, mais le New-York Times croit savoir qu'il s'agit de Jamaat-ud-Dawa, une association qui est en fait la reformation légale (et plus présentable) d'une organisation islamiste interdite en 2002 par le Général Musharraf lui-même, le Lashkar-i-Taiba.
Cette association a été le fer de lance de la lutte contre l'Inde pour le contrôle du Cachemire, entraînant ses propres troupes armées.

Les donateurs n'étaient peut-être pas si innocents que cela après tout.

Source : Washington Post
 
lundi 14 août 2006
Les sites officiels du MPF victimes d'un hacking

Impossible depuis tôt ce matin d'accéder aux sites http://www.mpf-villiers.com et http://www.pourlafrance.fr, leur page d'accueil ayant été remplacée par une tête de mort avec l'inscription "H4CK3D !" et "This internet site was pirated, the access of webmaster was blocked."
Quelles que soient les motivations du ou des hackers, et d'où qu'ils proviennent, les extrêmes ayant tendance à recruter parmi ceux qui ne respectent pas les règles établies, même si rien n'est encore certain ici, cette attaque prouvera au moins une chose : le MPF est devenu une force, et donc parfois une cible, reconnue.
 
jeudi 3 août 2006
Le Hezbollah toujours pas une organisation terroriste pour l'UE
L'Union Européenne n'entend pas placer le Hezbollah sur sa liste des organisations terroristes pour le moment a déclaré mardi le ministre des affaires étrangères finlandais dont le pays est à la tête de l'UE pendant six mois.

« Etant donné la situation sensible, je ne pense pas que c'est quelquechose dont nous allons nous occupper pour le moment » a dit Erkki Tuomioja pendant une conférence de presse après un rassemblement de crise des ministres des affaires étrangères de l'UE à Bruxelles.

Les propos de Tuomioja font suite à une lettre adressée au chef de la diplomatie européenne Javier Solana par 213 membres du Congrès américain demandant que l'UE ajoute le Hezbollah à sa liste des organisations terroristes.
(Source : Reuters)

Finlande
Ces propos ne sont cependant guère surprenant, ce même Tuomioja ayant déclaré que l'offensive israélienne a « peu de chances d'aboutir à un succès militaire » et que ce conflit va « à coup sûr renforcer le soutien au Hezbollah parmi la population de la région. »
Source : Le Salon Beige)




Mais pourquoi donc s'en inquiéter puisque le Hezbollah n'est pas une organisation terroriste selon lui ?

Human Rights Watch a pourtant constaté l'utilisation de billes métalliques dans certaines des roquettes lancées depuis le sud Liban sur Haïfa. D'après HRW, ces billes n'auraient qu' « une utilité limitée contre des cibles militaires » tandis qu'elles infligent de « graves dommages » pour les victimes alentour ainsi que les batiments publics.
(Source : hrw.org)