samedi 17 juin 2006
Back in the EUSSR?

L'UE prévoit d'organiser un évènement ressemblant à l'Eurovision pour son 50ième anniversaire.

L'UE prévoit d'organiser un concours de chant à l'image de l'Eurovision et un concours du plus beau gateau, dans le cadre d'une opération de relations publiques pour célébrer le 50ième anniversaire des institutions européennes l'an prochain.

Ces festivités font partie des manoeuvres de Bruxelles pour gagner la sympathie du public après les non au référendum français et néerlandais sur la constitution européenne, selon Reuters.

« Nous avons de grands projets pour rendre l'UE plus sympathique » confie un officiel de l'UE à l'agence de presse.

La campagne débute ce mois-ci par le lancement d'un concours pour donner un logo et un slogan au 50ième anniversaire de l'UE.

En 1957, les six pays fondateurs établissait son prédécesseur, la Communauté Economique Européenne, par le Traité de Rome.

Le choix final pour le logo et le slogan sera laissé aux citoyens dans un vote populaire, selon un document dévoilant le projet.

L'un des points forts des festivités de l'an prochain sera une fête à l'échelle de l'Europe entière avec chansons et danses, proposée par la Belgique et calquée sur le concours de l'Eurovision qui bénéficie d'une large popularité (sic).

« Nous voulons montrer que l'UE peut danser » lit-on dans ce document, avec une couverture médiatique prévue à travers l'Union.

Mais les nouveaux Etats-membres en particulier trouveraient l'idée de chanter et de danser à la gloire de l'UE assez déplacée.

« Ils ont l'impression que les gens vont être contraints de danser et de chanter, comme au temps des communistes » dit un diplomate européen selon Reuters.

Certains représentants de l'UE sont également inquiets concernant le coût de telles festivités, lesquelles incluent un hymne sur le thème de l'UE, un « jour de la Commission Européenne (sic)» et un concours du plus beau gateau.

Ce projet marque un tournant dans l'opération de séduction de l'UE, lancé l'année dernière par le commissaire européen de la communication Margot Wallstrom, un « plan D » qui comprenait l'idée d'utiliser des célébrités comme « ambassadeurs de marque » de l'UE.

La Commission Européenne a également récemment mis en avant des décisions affectant directement les Européens dans ses communiqués de presse, comme sur les tarifs des opérateurs téléphoniques pour les appels entre pays de l'Union ou sur la liste noire des compagnies aériennes peu recommendables.