samedi 6 mai 2006
40 députés UMP demandent l'abrogation de la loi Taubira

Quarante députés UMP ont demandé vendredi 5 mai à Jacques Chirac d'abroger un article de la loi dite « Taubira » sur l'enseignement de l'esclavage, au nom d' « un parallélisme des formes et soucis d'égalité de traitement » après la suppression de l'article sur les aspects positifs de la colonisation.
Dans une lettre au président, les députés avancent qu' « il conviendrait d'abroger l'article 2 de la loi du 21 mai 2001, dite "loi Taubira", qui précise que "les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l'esclavage la place conséquente qu'ils méritent" ». Et ce nom au du « parallélisme des formes et par soucis d'égalité de traitement ». Ces élus de la majorité, avec à leur tête le député UMP des Alpes-Maritimes Lionnel Luca, déplorent en effet le déclassement de l'article 4 de la loi du 23 février 2005 qui évoquait notamment à travers le rôle positif de la colonisation française. Cet article avait été retiré sur intervention de Jacques Chirac après de longues semaines de polémique.

Ces députés n'ont, précision utile, aucune chance d'être entendus, puisqu'ils ne disposent d'aucun soutien tant à l'UMP qu'au PS.
Où sont passés les ennemis de la vérité légiférée et officialisée (raison que j'étais moi-même prêt à défendre et accepter) qui se sont fait entendre contre les « aspects positifs de la colonisation » lorsqu'il s'agit de retirer TOUTES les lois liberticides tentant d'écrire une vérité officielle ? Ils sont aux abonnés absents, preuve s'il en est qu'ils ne défendaient pas la liberté d'expression mais bien la répentance de l'homme blanc en tout lieu et tout propos.